REAC12

REAC2

Et c'est valable pour MOI aussi !! Je peux être très maladroite. Et comme j'exige beaucoup de moi-même... Je psychote après !!

Lors des funérailles d'une de mes tantes, je me suis approchée de ma cousine, avec en tête une parole pour la réconforter... Eh ben voilà ce que j'ai trouvé à lui dire :

REAC13

REAC14Voilà... J'aurais mieux fait de m'abstenir. Il vaut mieux ne rien dire dans ces cas-là, juste faire acte de présence. Parce-que que peut-on dire à une personne qui vient de perdre sa maman ? "Ca va aller" ?? Mais quelle horreur... Enfin, ce n'est pas pire que "Ne pleure pas !" !!! (ARGH...)

Un jour, on m'a dit que les gens étaient capables de comprendre les maladresses, qu'ils se rendent bien compte quand leur situation est délicate et qu'on marche sur des oeufs. Mais lorsque j'ai été très maladroite avec une connaissance qui venait de perdre son mari (elle m'a émue, j'en ai eu les larmes aux yeux et j'ai bredouillé une série d'absurdités, tant je ne savais pas quoi dire...) je peux vous assurer que depuis, elle m'évite ! Sincèrement, elle a vraiment dû me prendre pour une cruche. Donc NON, les gens ont du mal à cerner la maladresse.

Les mots blessants non mesurés, dont on n'imagine pas les conséquences, on a du mal à les "avaler", les oublier. Les pardonner.

Apprendre à communiquer sans violence est une bonne chose ; mais et si on apprenait à être moins maladroit ? Oui, vous allez me demander "MAIS COMMENT ??"... Je n'en ai aucune idée. Je déteste cette fichue maladresse qui nous fait dire des mots crus, rudes, et tant de bétises qui nous donnent l'impression d'être idiot...

REAC15Le problème c'est que... Ne risque-t-on pas de perdre en spontaneité et en authenticité, si l'on apprenait à "gérer", à "contrôler" chaque mot qui sort de notre bouche ?!

Voilà pourquoi il faut communiquer. Communiquer, toujours communiquer ! Ce n'est pas toujours simple, hein ! Qui me dira le contraire ? 

C'est difficile lorsque, par souci de fierté, l'autre n'admet pas qu'il a été maladroit et te rit limite au nez quand tu avoues avoir été blessé(e) par ses mots. Ce sera forcément "de ta faute", parce-que de toute façon tu es susceptible, parano, et / ou tu te passes toujours pour une victime... 

Impossible donc de parler avec ce genre de personnes. 

Et la limite entre maladresse et impulsivité, lorsque tu lâches des mots blessants sur la colère, est mince ! 

Toutes ces situations qui nous font dire des mots durs et blessants...

Sans parler, qu'il y a très souvent une part de vérité (de LEUR vérité, surtout) dans ces mots, souvent peu assumés.

Alors, que fait-on pour contrer cette maladresse qui tue ?!

****

 .. L A U R E ..